Créer un site internet

Communauté de la Celle

La communauté de la Celle : visite en images

La maison principale

 

 

 

 

 

 

                                        Quelques cabanes habitées

 

                                

...a suivre... 

Lire la suite

La communauté de la Celle : ses piliers

A la communauté de la Celle, chacun est le bienvenu et invité à prendre la maison pour sienne à condition d'en accepter le cadre.

Celui-ci comprend 4 piliers :

 

  • Les réunions

Du lundi au vendredi, les journées sont rythmées par 2 réunions :

.  La première réunion, "Parole de Dieu", a lieu à 8h.

Il s'agit d'un moment de chants et de partage autours d'un texte de la Bible. Cette première rencontre permet de commencer la journée tous ensemble, et de la placer sous la direction et la protection de Celui qui nous donne la Vie.

.  La deuxième réunion, "Parole des Hommes", a lieu à 18h30.

Ce temps est l'occasion de divers échanges : Il permet la présentation des nouveaux venus ou des visiteurs, l'annonce des départs ; on y évoque  aussi l'avancement des différents chantiers en cours, les besoins ponctuels, les ateliers, festivités et évènements prévus au sein de la communauté ou dans ses alentours. C'est le moment aussi où l'on peut lire une lettre adressée à la communauté, partager un texte, une pensée, une préoccupation, etc. Ces instants sont cloturés par un chant et une courte prière prononcée par celui qui le désire.

 

  • Les activités

Du lundi au vendredi, chaque membre de la communauté participe au fonctionnement de la maison en prenant part à une activité. Les besoins sont nombreux et chacun, selon ses capacités, ses préférences et son état de santé, peut choisir de s'engager dans :

. La cuisine

. La boulangerie

. L'entretien des différents lieux collectifs

. Les courses

. La buanderie

. La bibliothèque

. Le secrétariat

. Le vestiaire

. La chaufferie

. Le jardinage, l'entretien des espaces verts

. Le parc animalier

. La mécanique

. La menuiserie

. La ferronerie

. L'électricité, la plomberie

. Les travaux de rénovation et d'aménagements

. La préparation des animation

. L'apiculture

. Le bûcheronnage

...

Ce temps de travail est de 6h par jour, modulables en fonction des différentes contraintes (familiales, administratives, professionelles ou autre).

A travers le choix d'un travail, le respect des horaires et l'investissement dans une activité, l'objectif est que chacun arrive à trouver sa place, à se (re)structurer, et à s'épanouir pleinement. En étant acteur dans une oeuvre commune, chacun doit apprendre à devenir aussi acteur de sa propre vie.

 

  • Le partage des revenus    

Le fonctionnement de la communauté engendre des frais importants. C'est donc à chacun d'apporter sa contribution financière, à la hauteur de ses moyens.

 

  Les personnes qui touchent un revenu social ( RMI, AAH, ...) s'engagent à en donner la moitié à la communauté. Celles qui travaillent à l'extérieur reversent 1/3 de leur salaire à la Celle.

 

  Cela permet de payer une partie des dépenses de la maison et de responsabiliser chacun, par rapport aux besoins communautaires.

 

Ces participations individuelles donnent aussi à la communauté la possibilité d'accueillir, conformément à sa vocation, des personnes n'ayant aucun revenu, ( 1/3, voire la moitié des personnes accueillies) et de leur verser chaque mois de l'argent de poche.

 

  • Le respect, la modération, la non-violence

Toute personne qui s'engage dans la communauté doit se montrer respectueuse à la fois des personnes qui l'entourent et des lieux qui la reçoivent.

Concernant les dépendances à l'alcool, aux psychotropes, ou autre, l'abstinence n'est pas imposée. Par contre, la sobriété est exigée, notamment dans tous les lieux de vie commune.

Par ailleurs, pour la sécurité de tous, et des enfants en particulier, la communauté de peut en aucun cas subir les accès de violence des uns et des autres. Chacun doit apprendre à être maître de lui-même et à gérer, avec l'aide de Dieu s'il la demande, les conflits qui l'habitent.

 

Si, en théorie, ce cadre est légitime et accepté par tous, la pratique quotidienne s'avère être généralement beaucoup moins évidente.

En effet, notre tendance humaine, naturelle, nous pousse beaucoup plus à penser à nous en premier et à accumuler pour soi, plutôt que de réfléchir en fonction des intérêts de la collectivité, et de partager.

L'application de ces principes de vie demande donc un combat de tous les jours ; un combat contre notre propre égoïsme.

 

Lire la suite

La communauté de la Celle : pour qui ?

 

 Lorsque Guy et Magalie font de la Celle un lieu d'accueil, dont les portes restent ouvertes de jour comme de nuit, ils s'attendent à recevoir des gens qui leur ressemblent : des globe-trotters, des aventuriers, des artistes, des écolos, des chercheurs d'absolus, des chrétiens "alternatifs"...

 

C'est en effet le cas de certaines personnes, qui choisissent la vie communautaire à la Celle comme une école d'apprentissage et d'engagement.

Cependant, avec l'évolution de la société, ceux qui sont accueillis s'avèrent être de plus en plus des "accidentés de la vie", pour lesquels la communauté ne représente pas vraiment un idéal de vie, mais plutôt un refuge, sur leur parcours difficile.

 

Les responsables doivent alors faire face, avec la communauté, à des problématiques auxquelles ils ne sont pas préparés : la dépression, l'alcoolisme, la schizophrénie, la toxicomanie, les violences conjugales, le monde carcéral, ...  

Mais Dieu pourvoit, et, au fil des années, il apprend à ceux qui le veulent à accueillir et à aimer chacun, là où il en est.

 

La première fois que je suis venue à la communauté de la Celle, c'était en mai 2008, lors d'un week-end organisé là-bas par des "Jesus freack", ("fous de Jésus").

Ce qui m'a tout de suite frappée, c'est que, sur les 70 personnes qui constituent la communauté, je voyais des personnes seules, en couple, ou en famille (les mineurs sont accueillis uniquement accompagnés par leurs parents), mais je ne pouvais différencier les "accueillants" des "accueillis".

En effet, le système communautaire implique que les "accueillis" deviennent eux-même les "accueillants". Il n'y a pas une équipe de "bien-portants" qui s'occupe des "malades". Au contraire, chacun est appelé à sortir de son statut de "malade", se prendre en mains et s'autonomiser.

Chacun doit aussi apprendre à se sensibiliser aux besoins de ceux qui l'entourent, et aux besoins de la communauté en général, pour devenir soi-même guérissant pour le groupe.

 

Cela ouvre des possibilités énormes, et un avenir fait d'espérance : 

Rien n'est figé, aucune situation n'est irrémédiable. 

La guérison, la libération, la réconciliation, sont possibles.

 

Pourquoi ?

Parceque Dieu est là. Et Il agit.

 

Je me rends compte que c'est principalement par la prière que la communauté tient bon, face à toutes les tempêtes. Aucune des bourrasques, qu'elles viennent du dedans (problèmes internes, relationnels...) ou du dehors (administration, voisinage...), n'a pu la renverser. Même lorsque la Celle a été déclarée officiellement "fermée à l'accueil", suite à une visite de la commission de sécurité, en 1993, la communauté a continué à vivre, à bénir ceux qui y vivaient, et elle a finalement été réouverte en 2002.

 Pour qu'une maison tienne, il lui faut une base solide. A la communauté de la Celle, c'est Jésus le chef, celui sur lequel on s'appuie pour prendre les bonnes décisions, le rocher sur lequel on construit.

Pour qu'une maison tienne, il lui faut des piliers stables, qui soutiennent le reste de la structure. C'est ce que je vais développer dans la page qui suit.

Lire la suite

La Communauté de la Celle : le pourquoi du comment

Pour présenter la communauté de la Celle, il faut revenir au tout début de l'aventure, en 1985.

 

   Un couple de routards, Guy et Magalie Perez, reçoivent la conviction de la part de Dieu qu'ils doivent cesser leurs voyages et s'installer en France.

   Pour quoi faire ? Tenir une maison ouverte à tous, une maison où l'évangile, l'accueil de l'autre, le partage, seraient mis en pratique au quotidien.

    N'ayant rien d'autre que leur sac à dos, ils se soumettent à la volonté de Dieu avec cette prière : "Seigneur, donne-nous une maison, et nous en ferons ta maison".

 

Quelques jours après, ils rencontrent Henry Catta, fondateur de la communauté de Berdine, et se voient confier de la part de l'OCH (Office Chrétien des Handicapés) la propriété de la Celle.

Celle-ci s'étend sur 11,5 hectares de terrain, comprenant de grandes surfaces cultivables et une colline boisée, le tout bordé de part et d'autre du fleuve l'Hérault et de la rivière l'Aujol, dont le parcours offre une magnifique cascade (lieu idéal pour des baptèmes, pense Guy en la voyant la première fois)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En possession de cet immense domaine, le premier réflexe de Guy et de Magalie est de rendre toutes choses à "leur chef", comme ils l'apellent : Tout ce qui se fera dans cette maison sera fait par Dieu et pour Dieu. En rappel à cela, et pour que personne ne cherche à s'approprier ni les lieux ni l'oeuvre qui y sera faite, un grand panneau "propriété de Dieu" est placé à l'entrée du terrain. Ce panneau sert par ailleurs de "mise au parfum" des personnes qui franchissent le seuil de cette propriété, indiquant l'autorité de Dieu sur la maison. C'est aussi une invitation : Celui qui recherche Dieu peut s'en rapprocher dans ce lieu.

Aidés d'un petit groupe d'amis qui les soutiennent dans leur projet, Guy et Magalie commencent alors le long travail de rénovation des lieux, notamment de la maison principale, un vaste mas cévenol très délabré à l'époque.

Et, petit à petit, ils commencent à accueillir ceux que Dieu leur envoie.

 

La communauté de la Celle : c'est où ?


Agrandir le plan

 

Comme je le dis toujours, c'est vraiment difficile de décrire la communauté de la Celle, parce que les lieux sont particuliers, mais aussi le rythme de vie, les activités, l'atmosphère, les personnes qu'on y rencontre...

Je vais essayer de vous décrire certaines choses, mais le mieux reste bien sûr que vous veniez vous-même voir ce qu'il en est.

Je vous donne donc tout de suite l'adresse : Communauté de la Celle, 30440 Roquedur.

Si vous regardez la carte, en version vue "satellite" ou "relief",  vous pouvez constater que Roquedur est une petite commune située dans le cadre magnifique des forêts cévenoles, à 45 minutes en voiture de Montpellier, 1h15 de la mer (Palavas, Carnon...), et 1h des pistes de ski en hiver (le Mont Aigoual) ... assez bon compromis ! :)

 

 

Lire la suite

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site